Français
USD
États-Unis
Joindre notre Service Client

Family Concept Store

Bellerose

Bellerose

Bellerose, c’est la marque belge tendance et urbaine par excellence ! Créée en 1989, il faut attendre 2001 pour voir la première collection Bellerose enfant. Avec un nom inspiré d’un village aux alentours de New York, les vêtements Bellerose allient authenticité, fonctionnalité et confort : t-shirts graphiques,  robes légères,  sweats streetwear... Bellerose propose des coloris sobres, des matières douces, des coupes impeccables à adopter absolument ! Vous pouvez aussi découvrir l'ensemble des accessoires Bellerose dans les catégories accessoires et mode enfant.
En savoir plus


 

interview

 

Patrick Van Heurck  

Véritable institution depuis près de 30 ans, Bellerose a développé sa ligne de mode enfant au début des années 2000. Le fondateur et directeur artistique Patrick Van Heurck travaille en étroite collaboration avec son fils Derek (à droite en photo ci-dessous), et la styliste Stéphanie Ley (à gauche en photo ci-dessous). Cette dernière imagine des vêtements pour des petites filles et petits garçons très urbains, qui aiment casser les codes. Tout est conçu dans leurs bureaux de 3000 m2 en périphérie de Bruxelles, où un même fil rouge dessine l’ADN des quatre collections homme, femme, fille et garçon. Ils nous racontent l’aventure Bellerose, nourrie de voyages, de passion pour l’architecture et d’une envie commune de raconter une histoire.

 


Patrick, pouvez-vous nous raconter comment est née l’aventure Bellerose ?

J’étais le distributeur de Ralph Lauren en Europe au début des années 80 et en 1989, avec des amis, nous avons décidé de créer notre propre marque, au départ vraiment pour s’amuser. Pour faire quelque chose en plus, rien qu’à nous. C’était une collection homme, très casual. Nous avons ouvert ensemble une boutique à l’américaine, un “general store”, où on vendait de tout parce que la collection était vraiment petite. Puis nous avons exporté l’homme dans les années 90 en France, et petit à petit nous avons rajouté la femme puis l’enfant pour nous développer. Le mot d’ordre était de ne pas faire du classique et de ne pas s’adresser non plus à des fashion victimes. Mon fils Derek a rejoint l’équipe du style pour le garçon, puis il s’est occupé de l’homme. Ça s’est fait comme ça, il est très créatif, et nous avons la même sensibilité.

Stéphanie, quand avez-vous rejoint l’équipe de Bellerose ?

En 2002. Je connaissais Laetitia, la compagne de Patrick, que j’avais rencontrée lors d’un stage. Elle dessinait la femme et avait fait une saison d’enfant en plus mais c’était trop de travail. Ils cherchaient donc une styliste, et comme je dessinais des vêtements enfant, ça s’est fait naturellement. L’univers me plaisait parce qu’il était proche du mien au niveau de l’inspiration, de ce goût prononcé pour l’architecture. Bellerose enfant représentait plus un art de vivre qu’autre chose selon moi.

 


L’architecture est effectivement une passion très forte chez vous Patrick.

Patrick : Si je n’étais pas designer, je serais architecte, c’est certain. J’aime les mélanges dans l’architecture, comme dans nos collections. On mixe le féminin avec le masculin, ou un cachemire peut être porté avec des baskets par exemple. Pour la mise en scène dans nos boutiques, nous avons une équipe de deux personnes avec qui nous faisons deux réunions créatives par mois, où chacun explique ce qu’il a envie de faire. Comme pour les collections, il faut que tout soit cohérent.
Stéphanie : Cela peut être un petit détail. Dans les catalogues notamment, on trouvera une chaise ou un tapis bien pensé. Le travail sur les vitrines des boutiques aussi est toujours en lien avec un même thème.

New York a aussi longtemps été une grande source d’inspiration.

Patrick : Mon goût pour les Etats-Unis vient du fait que j’étais à l’école Ralph Lauren. J’ai vécu là-bas pendant un an, j’ai beaucoup visité, j’ai vu énormément de choses. Ils ont inventé le sportswear, le jean, je me suis nourri de tout cela, bien sûr. Mais aujourd’hui, ça a beaucoup évolué.

Stéphanie : L’inspiration de départ, c’était effectivement les Etats-Unis, avec les racines des vêtements de travail, militaires, et vintage. Aujourd’hui, nous sommes dans quelque chose de très authentique et de très moderne, dans une architecture contemporaine décalée. Si c’était le cas au début, Bellerose n’est plus associée à New York uniquement désormais. C’est plus cosmopolite.​

 


Comment imaginez-vous les collections Bellerose ?

Stéphanie : On cherche toujours un thème commun aux quatre collections femme, homme, garçon et fille. Pour l’hiver 2015-2016 par exemple, nous nous étions inspirés du Pop-Art et des groupes musicaux Pop-punk des années 80, comme Blondie ou les Sex Pistols. Une graphiste travaille ensuite sur les quatre collections, une équipe de développement sur les tissus, et puis on regarde ensemble pour trouver le fil rouge de la collection. Ensuite chacun crée sa propre ligne mais toujours avec un détail commun : une jolie doublure, une surpiqure, un bouton…

Des lieux peuvent-ils aussi vous inspirer ?

Stéphanie :  Je trouve l’inspiration partout : dans la rue, là où je sors, sur Pinterest, sur des blogs, lorsque je vais à Tokyo ou Paris. C’est vraiment quand je voyage que je suis inspirée et que je trouve des endroits que j’aime. Comme Shoreditch à Londres, ou certains quartiers de Tokyo. Pour les enfants, j’aime les lieux où l’on trouve un univers fantaisiste ou un véritable concept, comme Bonton à Paris. Pour le reste, je ne regarde pas forcément les collections de mode enfant, mais je suis très attentive aux défilés.

 


Comment décririez-vous l’enfant Bellerose ?

Stéphanie : ll pourrait vivre partout. C’est plus une question d’attitude, de style de vie. Je l’imagine libre, sans code établi. Il ne cherche pas à être à la mode mais se sent libre de créer son style en mélangeant des basiques revisités, avec des détails typiquement Bellerose. Un chino élégant porté avec un maillot de foot par exemple, ou un tutu avec un sweat-shirt. Bellerose enfant est fantaisiste, il n’a pas peur de se tâcher, de s’abimer. On aime l’idée de ne pas faire de petits adultes, et qu’ils soient à l’aise dans leurs vêtements. 

Qu’est-ce qui vous différencie des autres marques d’après vous ?

Patrick : Je crois que l’esprit de la collection plaît, ainsi que les prix, et l’accueil aussi, qui est très important. Je pense aussi que c’est assez unique d’avoir le même ADN pour l’homme, la femme et l’enfant. C’est inédit. Par ailleurs, ce que l’on fait est profondément urbain. Nous habillons des gens qui ne se changent pas trois fois par jour. Que ce soit en semaine ou le week-end, ils mettent la même chose la journée que lorsqu’ils sortent le soir. Bellerose est un art de vivre, qui se ressent dès l’ambiance au travail. C’est détendu, très familial, il n’y a rien de strict. Comme dans nos collections.  

 

Retrouvez la collection mode avec Bellerose de 2 à 16 ans sur Smallable en ligne
et dans notre concept store parisien au 81 rue du cherche-midi - 75006 PARIS

 

Fermer
|

199 résultats

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. ...
  5. 5